Angelika Markul / GENÈVE – Les Bains comme si vous y étiez. Mon libre choix pour l’automne / Bilan / Etienne Dumont

www.bilan.ch

“Angelika Markul chez Laurence Bernard

Ce sont des «excavations du futur», autrement dit des fouilles archéologiques d’un temps restant à venir. L’artiste occupe deux salles, plus ou moins conçues comme des installations. Après avoir vu les œuvres à travers un filtre jaune posé sur les vitres, le visiteur se retrouve dans un monde inquiétant. Il s’y trouve d’autres vitrines, où reposent des choses. Fragmentaires comme le veut le petit jeu des archéologues, qui doivent faire parler fragments et débris informes. Un pied. Un organe. Un amas de tissus noircis. On ne peut pas dire que l’ensemble, éclairé par quelques ronds de néon, soit spécialement gai. Il suinte la mort. Il exsude la décomposition. Laurence Bernard montre ce qui lui parle sans trop se soucier de débouchés commerciaux. (www.btwgallery.com)”